1. Ce site utilise des "témoins de connexion" (cookies) conformes aux textes de l'Union Européenne. Continuer à naviguer sur nos pages vaut acceptation de notre règlement en la matière. En savoir plus.

Lettre ouverte à Jacques-Henri Eyraud, « président » de l’Olympique de Marseille

Auteur

madmax61

Mafia normande, Masculin
Messages :
34 633
"J'aime" :
19 403
Points :
0
Commentaires de blog:
1
Cher Jacques-Henri,



Si je me permets de t’appeler par ton prénom, c’est parce que tu te vantais toi-même de coller des amendes aux employés de l’OM qui t’appelaient « Monsieur » ou « Président ». S’il n’y avait que cela, mais tu leur as aussi reproché d’être trop marseillais, d’être trop attachés à la société pour laquelle ils ont investi des années de leur vie, d’avoir une trop forte culture d’entreprise… une première dans le monde du travail.
Remarque, cela colle bien avec ta prétention de révolutionner l’OM, voir même le football avec ta règle ubuesque des buts compte-double en dehors de la surface. Tu tiens tant à calquer le fonctionnement du club sur celui d’une start-up, et en bon technocrate à pratiquer la Cancel Culture sur notre club, mais tu es dans le déni : l’Olympique de Marseille n’est pas une start-up, c’est une institution vieille de plus de 120 ans, avec son histoire, ses titres, et surtout ses supporters, garants de la passion olympienne.

L’Agora OM est une n-ième provocation faite aux supporters olympiens, une n-ième preuve que tu ne comprends rien de rien à ce qu’est l’OM. C’est d’autant plus insultant et ingrat vis-à-vis des groupes qui consacrent énormément de temps et d’argent pour faire vivre les tribunes – lorsqu’elles sont accessibles – à coups de chants sans relâche et de spectaculaires tifos. Des groupes que tu étais bien content d’avoir pour mettre le feu au Vélodrome face à Leipzig et pousser nos joueurs jusqu’en finale d’Europa League, des groupes que tu veux aujourd’hui dissoudre par une réplique du plan Leproux en utilisant comme prétexte les débordements de quelques individus.
Nous n’avons pas besoin que tu nous apprennes comment supporter l’OM – quand bien même nous n’aurions pas fait Harvard – surtout pas s’il s’agit de nous façonner à ton image, de bons dociles spectateurs-consommateurs servant de vache à lait. Etre supporter de l’OM, ça ne s’apprend pas, ça se vit, c’est authentique, ça se ressent au plus profond de ses tripes, et en tant que club populaire cette passion doit rester universelle, accessible au plus grand nombre, réunissant des gens de tous horizons, de toutes origines, de tous milieux sociaux, et offrant un fort lien social. Elle s’adresse aussi bien aux supporters exaltés des virages, qu’aux familles suivant leur équipe préférée dans les plus calmes tribunes latérales : prétendre le contraire relève au mieux de l’ignorance et de l’incompétence, au pire de la malhonnêteté intellectuelle.

Puisque nous parlons d’incompétence, venons-en à ton bilan, Jacques-Henri : des centaines de millions d’euros investis par Franck McCourt pour zéro trophée, un effectif qui n’a pas progressé en qualité et montre même des signes de fin de cycle, des joueurs devenus des sénateurs en touchant de salaires de niveau Ligue des Champions (pour des performances ne dépassant pas le niveau Ligue 1), de coûteuses erreurs de casting, la gestion surréaliste des prolongations de contrat (Garcia), des licenciements de joueurs et de staff à la pelle, les employés trop marseillais remplacés par des Ouvrard ou des Aldridge dont on cherche encore leur valeur ajoutée… même la finale de 2018 ne sauvera pas ton bilan, compte-tenu des campagnes européennes lamentables qui ont suivi.
Il est tellement plus facile de rejeter la faute sur les supporters mécontents, et ainsi de détourner l’attention de ta propre responsabilité dans ce tel fiasco. Si la violence n’est pas souhaitable, la colère est-elle complètement légitime pour tout supporter inquiet de l’avenir de son club préféré, qu’il s’agisse du sportif ou de l’institution OM.

Il y a quelques années, le Vélodrome avait rendu hommage à Patrick Ricard, décédé. Le groupe avait réagi en rappelant ce qu’était l’OM : « Il y a trois valeurs partagées entre l’OM et Ricard : la simplicité, la convivialité et l’excellence. On est des gens simples, sans se prendre au sérieux, tout en restant dans l’excellence car nous sommes des professionnels. Et la convivialité car il faut aussi savoir faire la fête. »
Tu n’as aucune de ces valeurs, Jacques-Henri, voilà pourquoi ta présidence à la tête de l’OM tourne au désastre…


En te souhaitant une rapide reconversion mais surtout loin de l’OM.


Maxime, un supporter parmi tant d’autres complètement écœuré

Commentaires

    1. fikiusastique 20 Février 2021
      Bravo poto !
      madmax61 aime votre message.
    2. Massilia1313 19 Février 2021
      [​IMG]
      madmax61 aime votre message.