1. Ce site utilise des "témoins de connexion" (cookies) conformes aux textes de l'Union Européenne. Continuer à naviguer sur nos pages vaut acceptation de notre règlement en la matière. En savoir plus.

FIFA / UEFA / FFF : Arnaques, crimes et botanique

Discussion dans 'Autres sujets sur le foot' démarrée par bumpa, 29 Janvier 2013.

  1. BigBenZ

    BigBenZ Moderateur

    Commentaires de blog:
    0
    Car pas de stade.

    La les stades sont quasiment fini, tout le monde a trempé dedans ... Je n'imagine aucunement une reatribution.

    De plus les etats unis, qui pouvaient se sentir volé, on eu leur attribution 4 ans apres, pour que tout le monde soit content.
     
    kaiser sauzee aime votre message.
  2. fred'

    fred' En exclusivité !

    Commentaires de blog:
    0
    Ce dont tu parles est un bon exemple en termes de délais mais la raison était tout autre. Il n’y aura pas reattribution malheureusement.
    On le sait déjà mais on se dirige vers la pire coupe du monde jamais vécue et à tous points de vue !
     
  3. madmax61

    madmax61 Mafia normande

    Commentaires de blog:
    0
    Libre à nous de ne pas la regarder...
     
    Los-BandiDoS, fred' et kaiser sauzee aiment votre message.
  4. kaiser sauzee

    kaiser sauzee Ermite pastafariste

    Commentaires de blog:
    0
    tu peux compter sur moi sur ce point.
     
    madmax61 aime votre message.
  5. kaiser sauzee

    kaiser sauzee Ermite pastafariste

    Commentaires de blog:
    0
    Transferts : vers un plafonnement des commissions d'agents et une limitation du nombre de prêts


    Les propositions adoptées mercredi par la commission des « partenaires » de la FIFA doivent être soumises au conseil de l'instance le 24 octobre prochain.
    25 septembre 2019 à 17h16
    partager


    Comme révélé par la presse américaine, mercredi, la commission des « partenaires » de la FIFA a adopté des recommandations visant à réformer le marché des transferts avec l'objectif de « protéger l'intégrité du système et prévenir les abus ». L'instance prône ainsi l'introduction de plafonds sur les commissions d'agents et une limite du nombre de prêts de joueurs.

    Dans le détail, la FIFA envisage de limiter les commissions des agents du club vendeur à 10 % du montant du transfert, celle de l'agent du joueur à 3 % de sa rémunération, et celle de l'agent du club acheteur à 3 % de la même rémunération du joueur.

    Il serait interdit à ces mêmes agents d'être rémunérés par les deux parties « pour éviter les conflits d'intérêts ». Il est également envisagé de réintroduire une licence obligatoire pour les agents, un système que la FIFA avait abandonné en 2015 mais que la France avait maintenu. Le paiement des commissions serait en outre centralisé par la FIFA elle-même, à travers une chambre de compensation.

    Huit prêts maximum dès la saison prochaine
    En matière de prêts, le comité exécutif de la FIFA entend « prévenir la thésaurisation des joueurs et veiller à ce que les prêts aient un but sportif valable pour le développement des jeunes plutôt qu'à des fins commerciales ». Sont visés par cette formule les clubs qui, à l'image de Chelsea ou Manchester City, stockent les talents et en privent ainsi la concurrence. À partir de la saison prochaine (2020-2021), le nombre de prêts internationaux de joueurs de 22 ans et plus serait limité à huit puis, deux ans plus tard (2022-2023) à six.

    Ces mesures doivent encore être adoptées par le Conseil de la FIFA dont la prochaine réunion est programmée le 24 octobre à Shanghai avant d'entrer en vigueur lors de la saison 2020-2021.
     
    marcus_M aime votre message.
  6. pomper

    pomper perpom

    Commentaires de blog:
    0
    Bonjour à tous, là fifa et l’UEFA sonts en train de nous en pondre une savoureuse, supprimer le jeu de tête sous prétexte que c’est dangereux pour les enfants!!!!!!! Surréaliste non?
     
  7. kaiser sauzee

    kaiser sauzee Ermite pastafariste

    Commentaires de blog:
    0
    L'UEFA et la Conmebol s'unissent contre la FIFA

    L'UEFA et la Conmebol (Confédération sud-américaine) ont signé ce mercredi un accord de collaboration visant à « favoriser le développement et la croissance du football sur les deux continents » . Cette coopération, qui concernera entre autres « l'éducation, la formation ou encore l'arbitrage » , aura également pour objectif « d'organiser des matchs intercontinentaux européens/sud-américains » . Il se pourrait alors que la Coupe intercontinentale, disparue en 2004 et qui opposait le vainqueur de la Ligue des champions à celui de la Copa Libertadores, soit de retour.

    Cet accord ressemble avant tout à un véritable pied de nez fait à la FIFA. En effet, la Conmebol et l'UEFA n'apprécieraient que très peu les différentes actions menées dans leurs dos par Gianni Infantino, le président de la plus haute instance mondiale. Ce dernier tenterait de convaincre les plus grands clubs européens et sud-américains de jouer la future Coupe du monde des clubs qu'organisera la FIFA en Chine, à l'été 2021. Le tout sans avoir prévenu, au préalable, les deux institutions contestataires.


    Très bien, qu'ils aillent au bout. La CDMC c'est devenu n'importe quoi avec les équipes invitées.
     
  8. kaiser sauzee

    kaiser sauzee Ermite pastafariste

    Commentaires de blog:
    0
    Un audit, jamais rendu public, relève les largesses et le laisser-faire de la FIFA

    En 2016, Gianni Infantino, élu à la tête de la Fédération de football, a fait l’inventaire du règne de son prédécesseur, Sepp Blatter. « Le Monde » a eu accès au rapport confidentiel rédigé par le cabinet Deloitte.

    Par Rémi Dupré Publié aujourd’hui à 10h59, mis à jour à 11h20

    « Nous allons restaurer l’image de la FIFA. » Sitôt élu à la présidence de la Fédération internationale de football, le 26 février 2016, Gianni Infantino s’était engagé à redorer le blason de l’instance, minée par les affaires de corruption. Polissant une image de « chevalier blanc », l’Italo-Suisse s’était attelé à faire l’inventaire du règne (1998-2015) de son prédécesseur, Sepp Blatter, pour mieux s’en distinguer.
    Salaires, bonus, cotisations de retraite, allocations de dépenses, remboursements de frais de voyages… Le nouvel homme fort de la FIFA a fait passer en revue les sommes versées, de 2005 à fin 2015, à plus d’une centaine de dirigeants, élus et membres de l’administration de la fédération.
    Cette mission, confiée au cabinet d’audit Deloitte entre juin 2016 et février 2017, a abouti à la rédaction d’une « version préliminaire et confidentielle » d’un rapport à laquelle Le Monde a eu accès. Le document, remis en 2017 mais jamais rendu public, met au jour les mœurs financières ancrées à l’époque ainsi que les abus commis par de nombreux acteurs du football mondial.

    D’anciens membres du comité exécutif épinglés
    S’ils relèvent un contournement du système « d’approbation » en vigueur pour les procédures de paiement, qui a permis à des cadres de la FIFA d’effectuer « directement » des versements bancaires « pour lesquels les détails des bénéficiaires n’avaient pas été enregistrés » (« approximativement » 62 millions de francs suisses sur la période étudiée), les auditeurs de Deloitte insistent surtout sur la faiblesse du contrôle des remboursements de frais.

    Ils épinglent au passage les pratiques d’anciens membres du comité exécutif (le gouvernement de la FIFA) dont beaucoup, pourtant, étaient indemnisés à hauteur de 300 000 dollars annuels sous le règne de M. Blatter, mais qui ont profité de largesses et d’un certain laisser-faire.
    [...]
     
  9. kaiser sauzee

    kaiser sauzee Ermite pastafariste

    Commentaires de blog:
    0
    La fifa étudie la mise en place d'une vidéo permanente de la ligne de hors-jeu afin de réduire le temps entre le départ du ballon et la signalisation du hors-jeu.

    Bof, ça transformerait le juge de ligne en simple "exécutant" d'une vidéo automatisée. Ca ne me dit rien de bon, ni sur le plan philosophique (le hors-jeu reste une question d'interprétation et l'arbitre de touche serait ainsi dévalorisé), ni sur le plan pratique (en cas d'erreur, impossible de revenir en arrière)
     
  10. kaiser sauzee

    kaiser sauzee Ermite pastafariste

    Commentaires de blog:
    0
    La FIFA prête à payer pour un plan de sauvetage du football

    Selon The New York Times ce mardi, la FIFA élaborerait des plans pour créer un fonds de secours de plusieurs centaines de millions de dollars pour venir en soutien au football, à partir de ses propres réserves monétaires évaluées à 2,7 milliards de dollars (2,46 milliards d’euros).

    Infantino compte sur le «  pouvoir du foot  » pour lutter contre le Covid-19

    L’objectif de la Fédération serait d’utiliser ses liquidités en soutien de toute l’économie du football, à travers une stratégie de redistribution et de garantie de prêts en faveur des équipes ou des fédérations insolvables, à l'heure où nombre sont déjà en situation de détresse financière. Cette aide serait donc ciblée en fonction des besoins et des dispositions pour soutenir la rémunération, la survie et la solvabilité des finances, à travers des dons directs, sous la forme de subventions, ou des crédits non bancaires.

    Slovaquie : le MŠK Žilina en liquidation

    Pour éviter les risques de corruption et de contamination politique, le fonds d'urgence sera géré en totale indépendance vis-à-vis de la FIFA. Ce projet, s'il venait à se réaliser, constituerait le fonds d’aide pour le sport le plus élevé de l’histoire.
    Tout cet argent trouverait enfin son utilité.
     
  11. kaiser sauzee

    kaiser sauzee Ermite pastafariste

    Commentaires de blog:
    0
    FIFA : le rapport qui renforce les soupçons sur Gianni Infantino

    L’autorité de surveillance du parquet suisse estime qu’un ami magistrat de M. Infantino a cherché, en juillet 2015, à avoir des informations judiciaires, pour le compte de ce dernier, sur Michel Platini et Sepp Blatter.

    Les intrigues et autres manœuvres politiciennes à la Fédération internationale de football (FIFA) pourraient, à ce rythme, pousser les producteurs de Netflix à racheter à l’instance les droits pour une future série. La bombe lâchée, le 4 mars, par l’Autorité de surveillance du ministère public de la Confédération (AS-MPC) en est la parfaite illustration. Une bombe qui a renforcé les soupçons de collusion qui pèsent sur Gianni Infantino, le président de la FIFA, et des magistrats suisses.

    Et ce d’autant plus que, selon les informations du journal suisse Neue Zürcher Zeitung (NZZ) et du Monde, les rapporteurs de l’AS-MPC estiment qu’un ami magistrat du patron du football mondial a cherché, pour le compte de ce dernier, en juillet 2015, à glaner auprès du procureur général helvétique Michael Lauber des informations judiciaires concernant Sepp Blatter et Michel Platini, alors respectivement patrons de l’instance mondiale et de l’instance du football européen, l’Union des associations européennes de football (UEFA).

    Un rendez-vous de juillet 2015 au cœur de l’affaire
    Le 4 mars, l’organe de contrôle du parquet suisse a publié un rapport de 48 pages (en allemand) au terme de l’enquête disciplinaire qui visait M. Lauber. Chargé des scandales de corruption à la FIFA depuis 2015, le patron du MPC a été reconnu coupable d’« avoir contrevenu à plusieurs devoirs de fonction » en rencontrant, de manière informelle et à trois reprises, le président de la FIFA – partie civile dans ces procédures –, en 2016 et 2017.

    Lire aussi FIFA : le procureur suisse Michael Lauber reconnu coupable d’avoir violé ses devoirs

    Dans son rapport, l’AS-MPC insiste toutefois sur un autre rendez-vous, le 8 juillet 2015. Ce jour-là, Rinaldo Arnold, un ami d’enfance de M. Infantino et premier procureur du Haut-Valais, a été reçu par M. Lauber, en présence d’André Marty, porte-parole du parquet suisse.

    Selon MM. Lauber et Marty, cette rencontre a été organisée afin d’évoquer des « questions générales de droit pénal ». Cette version n’a pas été jugée « crédible » par l’AS-MPC, selon qui « les procédures FIFA [ouvertes en mai 2015 par le MPC] ont été évoquées » lors de cet échange.

    Les rapporteurs considèrent que M. Arnold « s’est engagé en faveur de M. Infantino sur une base privée » et estiment que M. Infantino, qui était à cette date secrétaire général de l’UEFA, « envisageait alors une candidature à la présidence de la FIFA et avait intérêt à se renseigner pour savoir si les procédures FIFA (…) étaient dirigées contre deux concurrents directs pour la présidence de la FIFA ».
     

Partager cette page