1. Ce site utilise des "témoins de connexion" (cookies) conformes aux textes de l'Union Européenne. Continuer à naviguer sur nos pages vaut acceptation de notre règlement en la matière. En savoir plus.

Le Ski

Discussion dans 'Les sports de glisse' démarrée par Lucho11, 9 Juin 2010.

  1. Suix

    Suix Guest

    Commentaires de blog:
    0
    [h=1]Burtin : «Un gros travail mental»[/h] Entraîneur du groupe vitesse, Nicolas Burtin estime que le titre mondial de Marion Rolland en descente est la révélation tardive d'un vrai talent.


    « Nicolas Burtin, vous attendiez-vous à cette médaille d’or ?
    Elle le prépare depuis longtemps. C’est un gros travail qu’elle fait depuis ses podiums l’année dernière ici. Elle savait que c’est une piste qui lui convient, avec les Mondiaux l’année d’après. Mentalement, elle a fait un travail formidable. Elle s’est découverte sur cette piste. Elle s’est donnée la possibilité de faire quelque chose sur aux championnats du monde. Elle l’a préparé tout l’été. Elle a un préparateur mental avec qui elle a bien dû préparer.

    Pour cette piste lui réussit-elle tant ?
    Elle a fait ce qu’elle sait fait. Elle n’a rien inventé, toujours solide sur le pied. Il n’y a rien d’incroyable sur ce qu’elle a fait mais elle l’a fait. Les autres ne l’ont pas fait. Cette piste n’a rien de plus. Elle est capable de réussir sur n’importe quelle descente. Je l’attendais partout. C’est pour ça que j’étais déçue. Maintenant, vous allez l’attendre. Il faut qu’elle rebondisse là-dessus.

    Elle avait pourtant commencé l’hiver bizarrement…

    C’est certain. On a connu un été difficile, un début de saison compliqué pour elle. Ça arrive souvent qu’un début de saison et que les filles se découvrent sur les championnats du monde.

    Comme David Poisson, on dit souvent que Marion Rolland est une femme gentille...
    C’est au-delà de gentille. Il fallait lui amener un peu pus d’agressivité dans son ski et dans sa façon de voir les choses. Elle se victimisait souvent par rapport aux les choses de la vie qui lui sont arrivées, comme sa chute à Vancouver. Il a fallu qu’elle le digère. Ça a difficile pour elle. Elle a montré qu’elle en était capable.

    Cela peut-il être un déclic pour elle ?
    Quand on a un titre de championne du monde, on fait automatiquement partie des favorites. Elle aura moins le droit à l’erreur. Ce sera bénéfique pour elle pour la suite de sa carrière. »

    Recueilli par A. T.-C., à Schladming
     
  2. LE JACK

    LE JACK Le chevalier démembreur

    Commentaires de blog:
    1
    alalalla les francais ! Vous gagnez une médaille en ski et on vous entend 1 mois :crise:
     
  3. Suix

    Suix Guest

    Commentaires de blog:
    0
    On est 1er ex-æquo avec 3 médailles. Et dans 1 heure on remet notre médaille d'or par équipe en jeu. Rigolote cette compétition par équipe d'ailleurs.
     
  4. Shyriu

    Shyriu Well-Known Member

    Commentaires de blog:
    0
    C'est peut être bête mais je n'arrive pas à comprendre l'utilité de championnats du monde pour ce genre de sport ... La Coupe du Monde est infiniment plus importante, c'est elle qui détermine qui est le ou la meilleur(e) du monde.

    Bon je dis ça, mais je regarde à fond ^^ mais c'est parce que je suis fan de sport en tout genre et je me dois de regarder tout ce qu'il se passe en ce moment.
     
  5. Suix

    Suix Guest

    Commentaires de blog:
    0
    France-Allemagne en quarts



    La France et l'Allemagne se sont qualifiées pour les quarts de finale du Team Event des Mondiaux de Schladming. Les deux nations seront opposées.
     
  6. Suix

    Suix Guest

    Commentaires de blog:
    0
    Bon, ben ça c'est mort ... Vivement le biathlon demain.
     
  7. LE JACK

    LE JACK Le chevalier démembreur

    Commentaires de blog:
    1
    Clairement Shyriu !
     
  8. Suix

    Suix Guest

    Commentaires de blog:
    0
    Worley et les outsiders

    Derrière Tessa Worley, candidate naturelle au podium, Anémone Marmottan, Anne-Sophie Barthet et Marion Bertrand peuvent s'inspirer des premières médailles françaises gagnées par des outsiders, avant le géant jeudi (10h00 et 13h30).


    Tessa Worley sera la figure de proue de la délégation tricolore dans le géant programmé ce jeudi à Schaldming. (L'Equipe)

    [​IMG]



    LA LEADER : Tessa Worley


    Elle a commencé à gagner en Coupe du monde il y a plus de quatre ans, elle a lutté pour le globe de géant ces deux dernières années, elle était repartie des Mondiaux de Garmisch avec une médaille de bronze : à 23 ans, Tessa Worley a le talent et l’expérience pour viser le titre à Schladming. Comme l’ensemble du plateau, la skieuse du Grand-Bornand a dû s’incliner face à la domination de Tina Maze (quatre victoires en sept courses) et a aiguisé sa détermination avec trois podiums d’affilée.

    Cet hiver : 5e de la Coupe du monde de géant. Meilleur résultat : 3e à St-Moritz, Courchevel et Semmering

    Son avis : « Cette année les podiums sont d’un gros niveau, donc je suis contente d’en faire partie même si c’est la troisième place. Ce sont quand même de beaux podiums. J’ai l’impression qu’il y a un peu plus de filles capables d’être devant et de faire de très bonnes manches : Tina Maze, Anna Fenninger, Viktoria Rebensburg. Je suis capable de faire des manches même quand il faut que j’en aligne deux. Je ne leur envie rien. »

    L'OUTSIDER : Anémone Marmottan

    Pour l’instant, le palmarès d’Anémone Marmottan ne compte aucun podium en Coupe du monde mais elle a fini deux fois à la quatrième place (lors de la saison 2010-2011). Victime d’une fracture tibia-péroné au printemps 2011, elle a lutté pour retrouver tous ses moyens l’hiver dernier avant de se creuser les méninges pour maîtriser les nouveaux skis imposés cette saison. Elle arrive à Schladming après avoir renoué avec le top 10 (7e à Maribor).

    Cet hiver : 24e de la Coupe du monde de géant. Meilleur résultat : 7e à Maribor.

    Son avis : «(Les médailles des Français) Ça met en confiance. On se dit pourquoi pas ? S’ils sont arrivés à un résultat comme ça, c’est qu’ils en étaient capables. Cela ne va tomber du ciel tout seul. Ce n’était pas de la chance. Cela n’est pas venu de nulle part. Cet hiver, j’ai mis beaucoup de temps à trouver ce qui était juste pour aller vite. Cela s’est bien réveillé sur les dernières Coupes du monde, les derniers entraînements. J’aurais aimé que ça arrive plutôt mais avant je me cherchais beaucoup. »

    L'ENERVEE : Anne-Sophie Barthet



    L’entraîneur du groupe Tony Séchaud dit qu’elle était la plus polyvalente chez les jeunes. Anne-Sophie Barthet était d’ailleurs engagée sur trois fronts sur ces Mondiaux. Après un super-combiné raté (16e), la skieuse de Courchevel dispute le géant et le slalom, deux disciplines où elle a connu surtout des déceptions cet hiver. Il faut remonter à janvier 2011 (slalom de Flachau) pour la voir figurer dans le top 10 (9e).

    Cet hiver : 30e de la Coupe du monde de géant. Meilleur résultat : 11e à Maribor

    Son avis : «Depuis le début de saison, je dis que je pense être meilleure en géant qu’en slalom. Cela ne s’est pas vu. (rires). A l’entraînement, cela se passe très bien. Les garçons me disent : "pas mal !" Je réponds : "Attendez de voir la course." C’est une saison difficile pour moi mais je monte en confiance au fur et à mesure. J’ai un préparateur mental que j’avais délaissé cet été. Je suis plutôt cartésienne, j’aime bien quand il me sort un plan de progression. »

    LA REMPLACANTE : Marion Bertrand


    Comme Gauthier de Tessières, elle était remplaçante dans la première sélection française pour les Mondiaux. Comme le vice-champion du monde de super-G, elle a gagné son ticket après la blessure de Barioz (revenue trop tôt sur les skis). A 30 ans (le même âge que Marion Rolland), Marion Bertrand fait figure de grande soeur dans le groupe technique.

    Cet hiver : 27e de la Coupe du monde de géant. Meilleur résultat : 12e à Maribor

    Son avis : «(Pour les médailles françaises) J’ai vibré, j’ai pleuré. On a pu voir la course de Gauthier (de Tessières). On était sur l’aire d’autoroute, c’était ouf. «Roro» (Marion Rolland, ndlr), on l’entendait à la radio. On a regardé la rediffusion et on a pleuré. Marion, c’est ma copine. Elle est vachement émotive, je suis plutôt comme ça. Elle a tout donné, la voir crier en bas de joie et de relâchement, ça m’a ému. J’aurais bien aimé la voir. Je ne suis pas une ancienne, mais quand même. Elles ont toutes 4-5 ans de moins que moi. »

    A. T.-C., à Schladming
     
  9. Shyriu

    Shyriu Well-Known Member

    Commentaires de blog:
    0
    Worley a écrasé la 1ère manche avec le dossard 1 !!! Plus que la place c'est surtout les écarts de temps qui sont énormes.
    Apparemment la piste est déjà bien défoncée ...
    Quand elle va partir dernière, ca va être chaud mais là si elle ne fait pas de grosses fautes, c'est le podium assuré voire même la 1ère place.
     
  10. Suix

    Suix Guest

    Commentaires de blog:
    0
    C'est cool, RDV à 13h30 ...

    [h=1]Avantage Worley[/h] Tessa Worley est en position idéale à mi-géant des championnats du monde : la Française a réalisé le meilleur chrono de la première manche avec une belle avance sur ses poursuivantes (Zettel à 0''52 et Fenninger à 0''85).


    C'est une occasion en or : en quête d'un premier titre majeur, Tessa Worley est en position idéale pour devenir championne du monde de géant. Deux ans après une médaille de bronze décrochée après une remontée inespérée, la skieuse française est en pole position sur la neige de Schladming avant la 2e manche (13h30). Partie avec le dossard n°1 sur une piste dégagée, elle a survolé sans la moindre erreur le premier tracé : «Parfaite, je ne sais pas. C'est une bonne entame de la journée. Je suis super contente de mon ski. C'est exactement ce que je voulais faire, propre, engagée, calme. Cela a bien payé en première manche. »
    A. T.-C., à Schladming
     
  11. madmax61

    madmax61 Mafia normande

    Commentaires de blog:
    0
    Et elle n'a pas tremblé : Tessa Worley est championne du monde!!! Il est beau le ski alpin français!!! :bravo:
     
  12. LEFUX

    LEFUX Nunc est Bibendum

    Commentaires de blog:
    0
    Elle a été impressionnante.Généralement tout ce qu'on reproche aux Français(craquer sous la pression,pas être là au moment M,...) elle l'a foutu à terre.Sur les sports de neige,y a un truc impressionnant avec les français,c'est que pour le coup ils sont souvent là au bon moment.Surtout le ski alpin d'ailleurs,où la France en Coupe du Monde fait pas des dizaines de podiums chaque saison.Mais en Championnat du Monde et surtout aux JO,y a des médailles.
     
  13. madmax61

    madmax61 Mafia normande

    Commentaires de blog:
    0
    C'est l'avantage du ski, il peut y avoir de bonnes surprises : dans un gros jour, on peut faire la descente de sa vie, comme Carole Montillet qui n'avait rien gagné dans sa carrière avant la descente à Salt Lake. A l'inverse, le ski alpin était rentré bredouille de Vancouver...

    Après, c'est vrai que les français ont souvent - mais pas toujours!!! - du mal à assumer leur statut de favori, mais elle a réussi la course parfaite...
     
  14. Vls'

    Vls' Well-Known Member

    Commentaires de blog:
    0
    Superbe descente, L'équipe devrait pas tardé à faire sa "Une" : "Tessa est GEANTE" 1.12 d'avance sur Maze c'est énorme tout de même !

    Le ski français est dans une superbe année apparement, la suite de la saison pourrait être très interessante.
     
  15. Suix

    Suix Guest

    Commentaires de blog:
    0
    Tina Maze m'a fait peur mais Tessa a été magnifique. Championne du monde de la glisse un jour de St-Valentin ... What else ?
     
  16. Suix

    Suix Guest

    Commentaires de blog:
    0
    [h=1]«Une femme extraordinaire»[/h] Entraîneur de Tessa Worley depuis huit ans, Anthony Séchaud a accompagné la géantiste française vers le titre mondial : «C'est une jeune femme extraordinaire.»


    « Anthony Séchaud, quel est votre sentiment après le titre de Tessa Worley ?
    C’était une énorme Tessa. Elle a eu beaucoup de pression à la première manche. Elle savait que tout était favorable. On ne s’était pas cachés. Elle a fait son ski super bien, sa deuxième manche est encore plus énorme. Elle a mis le feu un peu plus. Elle passe encore un cap : c’est subir la pression et passer au-dessus en même temps. C’est un grand moment.

    Malgré l’absence de victoires cette saison, on vous sentait serein avant la course...
    Elle m’a impressionné depuis cet été, dans sa constance, dans son travail. Elle s’impose énormément de choses mais elle n’avait pas skié les premières courses à 100 %. Au lieu de se relâcher, il y avait un peu de crispation. C’est là qu’elle a construit sa victoire. Aujourd’hui, elle a réussi à faire son ski.

    «En première manche, elle avait beaucoup de pression, par rapport à elle-même, à vous tous. Elle savait que c'était une piste taillée pour elle. »

    Comment cela s’est-il passé entre les deux manches ?
    C’était beaucoup plus facile. En première manche, elle avait beaucoup de pression, par rapport à elle-même, à vous tous. Elle savait que c’était une piste taillée pour elle. Une piste du standing d’un championnat du monde. Avant la deuxième manche, ça lui a amené de la confiance, de la tranquillité. Il y a eu peu de mots.

    Cela fait du bien pour le groupe technique (géant et slalom).
    C’est une saison difficile. Je ne le cache pas : on en chie. A tous les niveaux. Les podiums ont été chers. En slalom, on rame pas mal. On a confiance en ces athlètes. On doit faire avec elles. A nous de leur permettre de s’exprimer.

    Est-ce un sentiment spécial d’emmener une skieuse de 15 ans jusqu’au titre mondial à 23 ans ?
    Je ne sais pas (Les larmes lui montent aux yeux). En deuxième manche, j’ai vu qu’elle découpait la manche. Quand elle arrivait vers moi, je me disais ''Tranquille, tranquille''. C’est une jeune femme extraordinaire. Elle fait le boulot et elle a la joie de vivre. »


    Recueilli par A. T.-C., à Schladming
     
  17. Suix

    Suix Guest

    Commentaires de blog:
    0
    Mondiaux Schladming: La France en tête du tableau des médailles



    Après le triomphe de Worley en géant, la France a repris la tête du classement des médailles avec quatre médailles, dont en or (une en argent et une en bronze), devant les Etats-Unis (deux en or, une en bronze).

    Il reste trois épreuves à disputer à Schladming : géant messieurs (vendredi), et les deux slaloms (samedi et dimanche).
     
  18. Shyriu

    Shyriu Well-Known Member

    Commentaires de blog:
    0
    Ben justement non ... Le bon moment c'est la coupe du monde, c'est ca qui est le plus important en ski c'est tout.
    Je vais répéter ce que je disais il y a 3-4 jours, les championnats du monde dans ce genre de sport ne servent strictement à rien, ce n'est qu'une simple étape.
    Moi je rêve d'un français ou française qui gagne le gros globe !!! Une course parmi tant d'autres, c'est bien bravo, là encore j'ai suivi la course à fond mais il faut de la régularité, à chaque fois on ne les revoit plus après ...
     
  19. Suix

    Suix Guest

    Commentaires de blog:
    0
    [h=1]Worley : «Je me sentais grande»[/h] Après avoir écouté La Marseillaise et avoir partagé son émotion avec ses parents, Tessa Worley a pris le temps de raconter la course qui l'a menée au titre mondial. La course idéale « le jour J ».


    «Tessa Worley, comment avez-vous vécu La Marsellaise et le podium ?
    On se sent un peu petite dans cette aire d’arrivée. C’était une grande, grande joie. J’avais vu Marion (Rolland) il y a quelques jours, de l’extérieur. Je me suis dit : ça doit être magnifique de le vivre de l’intérieur. C’est encore mieux que ce que je l’imaginais. Je voyais au loin mes parents, mes supporters du Grand-Bornand, mes coaches, les filles du groupe… C’est un rêve qui se réalise.

    «Je me suis trouvée toute seule dans un coin au restaurant. Si je fermais les yeux, j'aurais pu faire une sieste.»

    Qu’est-ce qui a changé depuis le bronze de Garmisch ?

    C’est un peu d’expérience en plus, de maturité. Il y a deux ans, j’avais beaucoup moins de calme que ça entre les manches, avant la deuxième manche. Je savais moins comment je réagissais. J’avais vécu une super saison avec trois victoires d’affilée mais ces victoires étaient arrivées sans que forcément je les demande. C’était naturel mais je n’avais pas trouvé le truc. Petit à petit, ça s’est mis en place. Mon envie, c’était de faire deux super manches. C’était aujourd’hui qu’il fallait sortir la course. Le jour J.

    Avez-vous réussi à maîtriser la pression entre les deux manches ?
    J’ai essayé de forcer le truc, d’être calme, sereine. Je me suis trouvée toute seule dans un coin au restaurant. Si je fermais les yeux, j’aurais pu faire une sieste. Je me suis dit : c’est bien. Je suis dans le bon truc. Je me suis réveillée pour le départ. J’ai contrôlé tout cela dans ma course. (…) Entre les portes, je me sentais grande. C’est bizarre, hein ? J’ai essayé de rester concentrée jusqu’au bout mais à l’arrivée, je n’étais sûre de rien.»


    Recueilli par A T.-C., à Schladming
     
  20. Suix

    Suix Guest

    Commentaires de blog:
    0
    Allez Alexis, t'as fait le métier, reste plus qu'à attendre pour le podium même si ça va être compliqué.
     

Partager cette page